18 juil. 2017

Bretzel Family - Bilan de notre 1ère année à Paris


L’approche de la pause estivale, voilà le moment idéal pour faire le bilan tant attendu de cette première année en France. En effet, vous avez été nombreux à me demander quel effet cela faisait de rentrer (à Paris de surcroît) après 10 années à l’étranger. 
Pour les trois enfants, le bilan est positif. Leur nouvelle école, je la trouve formidable car à l’écoute et bienveillante envers les jeunes quelles que soient leurs difficultés. Ce n’est pas toujours ce à quoi nous avions été habitués… Et il faut reconnaitre à Lillifee, Cocobello et Bretzel Jr d’incroyables capacités d’adaptation. Ils se sont faits de nouveaux amis et ont trouvé leur place dans leur club sportif respectif. En revanche, si vous croisez Bretzel Jr, évitez de lui parler du PSG qu’il se refuse absolument à supporter (FC Bayern Fan für immer).
De mon côté, je me suis souvent sentie décalée et à côté de la plaque cette année, même si de l’extérieur, ça ne se voit pas. Je ne rentre plus dans les cases. Je ne suis pas salariée à temps plein. Je n’ai pas de nounou. Je ne suis pas au fait des marques parisiennes. Je ne suis toujours pas habituée aux invitations à diner à 21 heures (l’heure où je commence à envisager mon lit avec le plus grand bonheur). Et la circulation où voitures, 2 roues et piétons se disputent la palme du grand n’importe quoi m'affole. Oui mais j’aime Paris, j'aime la vie à Paris et surtout l’énergie que cette ville me procure. Et puis il y a un avantage à ne plus habiter en Allemagne, c’est que tu y retournes pour les vacances!

Dernière semaine à Paris avant les grandes grandes vacances. Me voilà 4 jours sans enfant. C’est peut être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup… Inutile de préciser que j’ai une liste longue comme le bras de projets à finaliser avant d’aller récupérer les enfants à Munich le week end prochain mais la motivation est là. Au programme, Munich, Vienne, le Tyrol, puis Londres et la côte belge avant le retour sur Paris. Voilà un périple aux 4 coins de l’Europe qui n’est pas fait pour me déplaire… Et vous, quels sont vos projets pour l’été?
Bonne journée et surtout viel Spaβ !

Mon grain de sel
Je vous souhaite un excellent été et vous retrouverai avec le plus vif plaisir à la rentrée. En attendant, vous pourrez suivre nos aventures estivales sur Facebook et Instagram.

Mémo en V.O. : pause estivale - die Sommerpause

Vous voulez recevoir la Newsletter par mail? 
Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran. 

28 juin 2017

Tarte rustique aux myrtilles


Notre premier passage à l’été en France depuis des années. Je retrouve le bonheur des fruits de saison à profusion sur les étals du marché dans notre quartier. Mais ensuite, ils restent dans la corbeille à fruits car les enfants ne pensent pas à les manger. Alors je les prépare en compotes, en salades de fruits et bien sûr en tartes. Aujourd’hui, une tarte rustique aux myrtilles confectionnée avec une pâte aux flocons d’avoines, de la poudre d’amandes pour absorber l’excès de jus et bien sûr des myrtilles. Voilà votre dessert pour les grandes tablées de l’été. Et vous pourrez décliner cette recette avec bon nombre de fruits de saison. Bonne journée et surtout viel Spaβ !

Pour la pâte
200 g de farine
50 g de flocons d’avoine
100 ml d’huile d’olive
100 ml d’eau chaude

Pour la garniture
8 c.s de poudre d’amandes
500 g de myrtilles 
80 g de sucre
2 c.s de citron
2 c.s de Maizena

Préparez la pâte en mélangeant la farine, les flocons d’avoine, l’huile et l’eau jusqu’à formation d’une boule. Préchauffez le four therm.7 (200°).  Rincez et égouttez les myrtilles. Mélangez dans un bol les fruits avec le sucre, le citron et la maïzena. Etalez la pâte entre deux feuilles de papier sulfurisé et disposez-la sur une plaque allant au four. Saupoudrez la pâte de poudre d’amandes. Disposez les fruits sur la poudre d’amande. Repliez les bords de la pâte sur les fruits. Enfournez pour 30 minutes. Laissez tiédir avant de déguster nature. Vous pourrez également accompagner cette tarte rustique aux myrtilles d’une boule de glace à la vanille.

Mon grain de sel

Mémo en V.O. : corbeille de fruits - der Obstkorb

Retrouvez Bretzel & Café Crème sur Facebook et sur Instagram
Et recevez la Newsletter en vous abonnant dans le menu déroulant à droite

23 juin 2017

Arme Ritter, le pain perdu allemand


Les américains ont le French Toast, les français ont le Pain Perdu… et les allemands ont le Arme Ritter. Gerhard Weber, le patron du Stube, nous en parlait d’ailleurs dans son interview sur le blog la semaine dernière. Dans tous les cas, une recette bon marché et néanmoins très gourmande. La recette allemande se prépare avec du pain blanc ou du pain semi-complet rassis mais des toast ou des tranches un peu épaisses de brioche s’y prêtent bien également. En voilà une bonne idée pour le brunch de ce week end! 
Bonne journée les gourmands et surtout viel Spaβ !

300 ml de lait
2 oeufs
40 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé
6 tranches de brioche
50 g de beurre
amandes effilées pour décorer

Mélangez le lait, les oeufs, le sucre et le sucre vanillé. Déposez les tranches de brioche dans un plat et arrosez avec la préparation. Retournez les tranches à l’aise d’une spatule et attendez que le liquide soit absorbé. Faites fondre le beurre dans la poêle et mettez les tranches de brioche à dorer 4 minutes de chaque côté. Pendant ce temps, faites revenir dans une petite poêle sans matière grasse les amandes effilées. Servez les tranches de brioche encore chaudes sur une assiette, saupoudrez de sucre glace et d’amandes d’effilées.

Mon grain de sel
Vous pourrez accompagner votre Armer Ritter de compote de fruits ou de cette fameuse sauce vanille dont vous retrouverez la recette ici

Mémo en V.O. : pain rassis - altbackenes Brot

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? 
Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

16 juin 2017

Portrait franco-allemand / Gerhard Weber, chef du Stube

Photographie Florence Reynaud

Retour de la rubrique Interview sur Bretzel & Café Crème avec une nouvelle série de portraits franco-allemands.
Gerhard Weber, en France depuis 30 ans, et chef du restaurant allemand Le Stube à Paris nous a ouvert les portes de son établissement rue de Richelieu. Une clientèle d’habitués et de touristes se presse dans son restaurant, tant pour ses spécialités germaniques que pour son accueil chaleureux. Rencontre avec un artisan au grand cœur qui aime faire découvrir sa culture et son pays au travers de sa cuisine... Bonne lecture à tous et viel Spaβ !

Bonjour Gerhard. D’où venez-vous en Allemagne ?
Gerhard Weber : Je suis originaire de Sachsenberg, un village de 1000 habitants dans la belle région de la Hesse, au nord de Francfort. C’est une région agricole au climat relativement rude et aux paysages variés. J’aime y faire de grandes balades au milieu des forêts, de la campagne, des pâturages avec des vues imprenables sur les collines. Dans ce village, la boulangerie familiale Weber transmise, agrandie et modernisée de génération en génération est toujours en activité, dirigée par mon frère.

Quels sont vos premiers souvenirs en cuisine ?
Gerhard Weber : J’ai eu mes premiers vêtements de boulanger alors que je savais à peine marcher et il me fallait un tabouret pour atteindre le plan de travail mais quelle fierté de se lever au milieu de la nuit pour accompagner mon père au laboratoire. Mes premiers souvenirs sont associés au toucher, au pétrissage de la pâte et puis les odeurs… celle des viennoiseries encore chaudes et garnies de gelée d’abricot ou celle si caractéristique du pain de seigle à peine sorti du four.

Comment êtes-vous arrivé en France ?
Gerhard Weber : Après mon apprentissage en boulangerie de 16 à 18 ans dans la petite ville de Korbach et quelques mois dans la boulangerie familiale, je suis parti faire de la pâtisserie d’abord à Bonn (à l’époque capitale de l’Allemagne) puis à Dusseldorf chez Bittner, une pâtisserie très renommée. Connaissant mon goût pour la France, mes collègues m’ont montré une annonce parue dans un journal professionnel pour un poste à la Pâtisserie viennoise à Paris dans le 17ème arrondissement. Je suis arrivé en France en juillet 1986 pour un CDD de 6 mois.

Ce qui vous a surpris en arrivant en France ?
Gerhard Weber : Lorsque je suis arrivé à Paris, j’ai été surpris et séduit par le côté cosmopolite de la ville, cette sensation de pouvoir faire le tour du monde en une journée en restant au même endroit.

Pourquoi êtes-vous resté en France ?
Gerhard Weber : Il y avait une place à prendre dans cette affaire familiale et puis j’ai rencontré la fille de la maison, Sylvie, alors gestionnaire de l’établissement… qui est devenue ma femme. Nous avons repris le flambeau de la Pâtisserie Viennoise avant de créer une nouvelle enseigne, le Stübli, qui est vite devenu un lieu incontournable pour les amoureux de la gastronomie allemande. En 2008, nous avons cédé le Stübli et après une année sabbatique, nous avons créé un nouveau concept de gastronomie franco-allemande, le Stube installé depuis 2010 dans le 1er arrondissement à Paris.

Avez-vous eu un mentor en cuisine ? Un ouvrage de référence ?
Gerhard Weber : La période de l’apprentissage n’a pas été tendre pour moi mais j’ai appris avec chacun et je continue à apprendre encore aujourd’hui. Un geste, une attitude, l’apprentissage des techniques traditionnelles, en regardant par-dessus l’épaule des chefs des bonnes maisons parisiennes où j’effectuais les livraisons pour le compte de la pâtisserie viennoise. Mon expérience, je la dois à la somme de toutes ces rencontres franco- allemandes.
Avant de quitter l’Allemagne, j’ai reçu en cadeau un livre de cuisine de Gaston Lenôtre. Je l’ai beaucoup feuilleté… mais je n’ai jamais suivi une recette à la lettre !

Vos sources d’inspiration ? Comment créez-vous une nouvelle recette ?
Gerhard Weber : L’inspiration vient en me promenant, en goûtant, en essayant. Mon approche de la cuisine d’Europe centrale est faite d’amitiés franco-russes, de rencontres et de voyages ciblés à Vienne ou à Prague pour voir ce qui s’y passe. Tous les voyages sont source d’inspiration et me donnent de nouvelles idées. Lorsque que je crée une recette en pâtisserie, je note mes essais dans un petit cahier. Il s’agit d’une trame, ensuite je raye, je gribouille, j’annote. Et je conserve précieusement mes carnets que je ressors plus tard pour les consulter.

Quel est votre plat fétiche ?
Gerhard Weber : Ma madeleine de Proust, c’est le Armer Ritter (pain perdu en allemand) que nous préparait ma maman le mercredi midi. Ce jour-là, le déjeuner était sucré, c’était la tradition. Du pain trempé dans du lait et de l’œuf, pané puis revenu à la poêle. Accompagné d’un sabayon, c’est tout simplement divin ! Je suis également un grand fan de la pomme de terre sous toutes ses formes. Je vous conseille de gouter des pommes de terre cuites en croûte de sel et accompagnées de fromage blanc, c’est délicieux.

Une bonne adresse à Paris ?
Gerhard Weber : Nous sortons rarement au restaurant car nous apprécions de nous retrouver chez nous à la maison. Mais ce que nous aimons à Paris, c’est l’ambiance d’une brasserie ou d’un bistrot, proposant de bons produits et de la cuisine traditionnelle. J’aime bien allez chez Georges rue du Mail.

Le Stube, une ambassade culinaire ?
Gerhard Weber : En fait, il y a différentes clientèles au Stube en fonction des jours et des heures. Certains arrivent grâce au bouche à oreille, d’autres nous découvrent via les réseaux sociaux. Et les habitués du quartier se mêlent aux touristes qui, appréciant l’ambiance et la cuisine allemande, en font leur cantine le temps de leur séjour. Je propose une cuisine simple, préparée avec des ingrédients de qualité. Mon objectif est de rendre la cuisine allemande accessible et cela fonctionne, les gens ne restent pas indifférents. Un touriste m’a fait ce compliment dernièrement : « Je ne savais pas qu’on mangeait si bien en Allemagne ! »

Votre german touch ?
Gerhard Weber : Contrairement aux clichés, je ne suis pas l’exemple même de la rigueur allemande. Mais j’attache beaucoup d’importance au respect envers autrui, à l’ouverture et au sens de l’accueil. En voiture, je suis discipliné…même si j’oublie parfois les limitations de vitesse sur l’autoroute !

Votre mot préféré en allemand ?
Gerhard Weber : gemütlich. J’ai beau cherché, il n’y a pas d’équivalent en français.

Plutôt voiture ou vélo ?
Gerhard Weber : Ni voiture, ni vélo. J’adore marcher dans Paris.

Plutôt bière ou vin ?
Gerhard Weber : J’apprécie de boire une bière pendant la journée et de déguster un bon vin en soirée. J’ai appris à connaitre et à apprécier les vins depuis que j’habite en France.

Quel est votre rythme en semaine ?
Gerhard Weber : En semaine mais aussi le samedi, je suis debout de bonne heure, de très bonne heure même, autour de 4h45. Le soir, je tache d’être rentré à la maison à l’heure du diner. Cependant, chaque journée est différente et le rythme est donné par le travail.

Quel est votre rythme le week end ?
Gerhard Weber : Le week end, je me lève de bonne heure pour profiter du calme et je joue du piano. Ma journée est faite de plaisirs simples : promenade avec les chiens, un petit tour à la boulangerie où je croise les voisins. Après un déjeuner, l’après-midi s’articule entre rangement et jardinage. Le dimanche soir, nous dinons de bonne heure en famille.

Etes-vous connecté ?
Gerhard Weber : Le soir, j’utilise la tablette pour prendre connaissance des informations et pour écouter de la musique. Je me balade sur le net, casque vissé sur la tête, pour trouver des sons qui me font vibrer.

Un secret non avoué…mais avouable J ?
Gerhard Weber : Avec la musique, nous abordons un sujet sensible et un univers très personnel, univers que je partage avec les membres de ma famille. La musique provoque en moi l’évasion mais également l’émotion. La musique que je joue au piano le matin reflète complètement mon humeur. J’aime la musique classique mais j’apprécie également la musique électronique et synthétique, qui vient souvent d’Allemagne.

Et pour conclure ?
Gerhard Weber : Je suis et reste un allemand. Mais un allemand à l’aise au sein de la société française, un allemand baigné et imprégné de la culture de ce pays qui est le mien depuis 30 ans.

Mon grain de sel
La prochaine fois que vous allez au Stube, dites à Gerhard que vous venez de ma part…

Mémo en V.O. :  pain de seigle - das Roggenbrot

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail?
Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.


9 juin 2017

Bummelkasten - Kommt ihr bitte



Encore de la musique allemande avec cette fois le titre entêtant de Bummelkasten.
Liebe Kinder, kommt ihr bitte, kommt ihr bitte…

Bonne journée et surtout viel Spaβ !

Mon grain de sel
Autant vous prévenir, vous  aurez cette ritournelle en tête tout le week end… Merci qui?

Mémo en V.O. : une balade - der Bummel

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? 
Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

2 juin 2017

5 adresses gourmandes à Paris


Entre les week-ends fériés dont nous avons profité pour faire découvrir la Normandie et le Sud-Ouest de la France à nos petits bavarois, j’ai également déambulé et flâné dans Paris telle une touriste, en glanant pour vous 5 adresses gourmandes dont certaines ont une légère connotation allemande…

Petit-déjeuner au Café Crème dans le 3ème 

Bo Bun chez Goku Asian Canteen dans le 10ème 

Käsekuchen & co chez House of 3 Brothers dans le 10ème

Cocktail sur le rooftop de l'hôtel Molitor dans le 16ème

Brunch franco-allemand chez Claus dans le 1er

Bon week end de Pentecôte et surtout viel Spaβ !

Mon grain de sel
Et de votre côté, des bonne adresses à me recommander?

Mémo en V.O. :  jour férié - der Feiertag

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

31 mai 2017

Baum, le nouveau titre de Cro


Carlo, le chanteur de Cro est de retour. Et sans son masque de panda cette fois. Après avoir tourné sous la direction de Til Schweiger l’an dernier dans le film « Unsure Zeit ist jetzt », revoici le rappeur allemand avec son nouveau titre « Baum ». A écouter en boucle. Et ne manquez pas son clip très sympa en version kaléidoscope. Je vous laisse avec la musique de Cro. Bonne journée et surtout viel Spaβ !

Mon grain de sel

Mémo en V.O. : arbre  - der Baum

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? 
Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

29 mai 2017

Recette de petit-déjeuner printanier

Pour pimper votre petit-déjeuner printanier, il vous faudra des fraises et de la rhubarbe en compote, du yaourt et du Müsli. Une recette simple et colorée pour démarrer la journée du bon pied. 
Bon appétit les amis et surtout viel Spaβ !

Pour 4 personnes
180 g de rhubarbe
180 g de fraises
70 g de sucre 
1 c.c de maizena
400 g de yaourt nature
4 c.s de muesli crunchy

La veille, détaillez les fraises et la rhubarbe en petits dés. Laissez mariner 20 minutes dans le sucre et la maïzena. Mettez au four à 180° (Therm.6) pendant 20 minutes. Laissez tiédir puis écrasez les morceaux à l’aide d’une fourchette. Le matin, déposez dans un pot en verre une couche de compote, une couche de yaourt nature puis saupoudrez de muesli. Il ne reste plus qu’à déguster!

Mon grain de sel
Si vous souhaitez réaliser votre propre Müsli crunchy, je vous propose de retrouver la recette publiée sur le blog.

Mémo en V.O. :  fourchette - die Gabel

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

12 mai 2017

Verrine mascarpone fraises rhubarbe

Aujourd’hui, le bretzel s'est invité dans mon dessert... Une base de biscuits sucrés-salés. Un nuage de crème au mascarpone. Le tout surmonté d’un coulis fraises-rhubarbe. Une recette printanière alliant fraicheur et douceur. Les gourmands vous diront merci. 
Bon week end et surtout viel Spaβ !

Pour 4 portions
40 g de beurre demi-sel
50 g de bretzels apéritif
50 g de biscuits complets
1 tige de rhubarbe
150 g de fraises
2 sachets de sucre vanillé
100 g de crème fleurette
100 g de mascarpone
2 c.s de sucre cristal

Faites fondre le beurre. Otez le sel des bretzels. Réduisez en miettes dans le bol du robot les biscuits complets et les bretzels apéritif. Ajoutez le beurre fondu. Déposez une cuillerée à soupe de mélange biscuité au fond de chaque verrine en tassant légèrement. Laissez refroidir 1 heure au frais. Lavez la rhubarbe, épluchez-la et coupez-la en petits dés. Mettez les dés de rhubarbe dans une casserole avec le sucre et 5 cl d’eau. Laissez cuire à feu doux jusqu’à ce que la rhubarbe soit tendre. Retirez la casserole du feu et laissez la compote tiédir. Lavez les fraises, mettez 4 fraises de côté. Equeutez les autres et coupez-les en petits dés. Incorporez les fraises à la compote de rhubarbe. Fouettez la crème froide avec le mascarpone et le sucre. Sortez les verrines du frigo et déposez sur le fond biscuité une couche de crème au mascarpone. Recouvrez de sauce rhubarbe-fraises. Garnissez avec les fraises entières et servez aussitôt.

Mon grain de sel
Le bretzel avec du chocolat, ça le fait aussi. Retrouvez ma recette de Bretzelschnitten ici

Mémo en V.O. :  biscuits complets - Vollkornkekse

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

3 mai 2017

Tarte crunchy fraises rhubarbe


La saison de la rhubarbe bat son plein et j’ai comme chaque année un coup de coeur pour le subtil mariage des fraises et de la rhubarbe - pour preuve ma recette de cheesecake fraise rhubarbe -.
Inspirée par Smitten Kitchen, je me suis lancée dans la confection de cette tarte croustillante fraises-rhubarbe. Un fond de tarte à base de flocons et de bouillie d’avoine, des fruits coupés en petits morceaux et de nouveau des flocons d’avoines façon crumble. A l'arrivée, un délice fruité et crunchy. Bonne semaine à tous et viel Spaβ !

80 g de flocons d’avoine
95 g de bouillie d’avoine
95 g de sucre brun
85 g de beurre demi-sel fondu
1 c.c de maizena
1 c.s de jus de citron
1 c.s de sucre cristal
150 g de rhubarbe
150 g de fraises

Préchauffez le four therm.6 (180°). Recouvrez de papier sulfurisé un moule à tarte rectangulaire. Dans un saladier, mélangez les flocons d’avoine, la bouillie d’avoine et le sucre. Ajoutez le beurre fondu et mélangez. Versez dans le moule à tarte les 2/3 du mélange et tassez avec le dos d’une cuillère. Réservez le tiers restant. Nettoyez et séchez les tiges de rhubarbe avant de les éplucher et de les couper en dés. Rincez les fraises. Séchez-les et équeutez-les avant de les couper en petits morceaux également. Versez les fruits en morceaux dans un saladier et ajouter le sucre, la maïzena et le jus de citron. Mélangez et déposez sur le fond de pâte. Saupoudrez sur les fruits la pâte restante. Mettez au four pour 30 à 40 minutes minutes jusqu’à ce que la tarte prenne une jolie couleur dorée. Laissez refroidir puis dégustez cette tarte nature ou accompagnée d'un soupçon de crème fouettée.

Mon grain de sel
Et à votre avis, qui s’est inscruté sur ma photo?

Mémo en V.O. : bouillie d’avoine - der Haferbrei

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

25 avr. 2017

Rhabarberkuchen


La rhubarbe est de retour sur les étals et me donne comme chaque année de nouvelles idées de desserts et de pâtisseries. La forme du moule à tarte rectangulaire associée à celle des tiges de rhubarbe donne à ce dessert un aspect géométrique et ludique. Je pense pouvoir dire sans me tromper que Cocobello a apprécié cette recette de Rhaberberkuchen puisqu’il s’est enfilé les trois-quart du gâteau à lui tout seul! C’est que ça mange à cet âge-là… 
Bonne semaine à tous et viel Spaβ !

250 g de rhubarbe
90 g de beurre demi-sel à température ambiante
100 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé
2 oeufs
50 ml de crème liquide
75 g de farine
75 g de poudre d’amandes
1/2 sachet de levure chimique
Sucre glace pour la déco

Préchauffez le four therm.6 (180°). Recouvrez de papier sulfurisé un moule à tarte rectangulaire. Nettoyez et séchez les tiges de rhubarbe avant de les éplucher et de les couper en morceaux de 4 cm de long. Mélangez le beurre avec le sucre et le sucre vanillé. Incorporez les oeufs un à un avant d’ajouter la crème liquide, la farine, la poudre d’amande et la levure. Mélangez bien afin d’obtenir un mélange homogène et sans grumeau. Versez la pâte dans le moule et recouvrez avec les morceaux de rhubarbe. Mettez au four pour 30 minutes jusqu’à ce que le gâteau prenne une jolie couleur dorée. Laissez refroidir puis saupoudrez de sucre glace avant de servir.

Mon grain de sel
L’an dernier, je vous avais proposé cette recette de rhubarbe et fraises au riesling.

Mémo en V.O. : saupoudrer de sucre glace - 
Mit Puderzucker stauben

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.

18 avr. 2017

Munich en avril

Inutile de vous dire que notre semaine à Munich a été bien remplie. Une sorte de retour au pays pour les grands comme pour les petits. 
Tandis que Lillifee et Cocobello expérimentaient les joies du Gymnasium bavarois, Bretzel Jr avait un agenda de ministre et une liste de rendez-vous longue comme le bras : croiser ses amis de l’école française, ses copains allemands, retrouver ses restaurants préférés sans oublier la séance shopping à la boutique du FC Bayern. Bref une semaine idyllique en Allemagne  et un temps de folie comme cerise sur le Kuchen. Reportage en images...

La traditionnelle balade du dimanche au bord du Tegernsee

Les oeufs colorés en bonne place au supermarché

La saison des asperges a commencé 

Le meilleur Doner selon Bretzel Jr testeur en chef

Les Cake Pops de saison au Café Luitpold

Les salutations de rigueur à la Miss Bavaria

avant de reprendre le chemin de la France et de retrouver notre appartement parisien. Entre Munich et Paris, nous avons désormais deux chez-nous. Bon courage pour la reprise, bonne semaine à tous et viel Spaβ !

Mon grain de sel
Prochain passage à Munich prévu en juillet... Heimat, quand tu nous tiens!

Mémo en V.O. : collège et lycée allemand - das Gymnasium

Vous voulez recevoir la Newsletter Bretzel & Café Crème par mail? Abonnez-vous dans le menu déroulant à droite de l’écran.